En général, je suis totalement pour la vaccination. Il faut cependant se poser certaines questions sur la campagne de vaccination contre le virus de l’influenza A (H1N1). En effet, tout porte à croire que l’autorisation donnée au vaccin par Santé Canada est une décision politique (interim order) et non pas une décision scientifique :

« Santé Canada a autorisé la vente du vaccin Arepanrixâ„¢ H1N1 en se fondant sur les résultats d’essais cliniques limités menés chez des humains en vertu d’un arrêté d’urgence délivré le 13 octobre 2009. Cette autorisation s’appuie sur l’évaluation par Santé Canada des données publiées sur la qualité, l’innocuité et l’immunogénicité du vaccin. Compte tenu de la menace actuelle de pandémie et de son risque pour la santé des humains, Santé Canada juge que le profil risque-bienfait du vaccin ArepanrixMC H1N1 est favorable pour l’immunisation active contre la souche de la grippe H1N1 2009 dans une situation de pandémie officiellement déclarée.  Â»

Dans la très très grande majorité des cas, il est tout à fait vrai que les risques amenés par les complications à la suite d’une infection virale ou par l’infection elle-même sont des ordres de grandeur plus grands que les risques de complications ou d’effets indésirables à la suite de la vaccination. Cependant, là où je trace une ligne c’est sur le manque de contrôle-qualité du vaccin que Santé Canada a autorisé. Je peux comprendre que le gouvernement veule rassurer la population et enrayer la pandémie. Mais je ne suis pas prêt à embarquer dans tout ça les yeux fermés.

D’autre part, la désinformation faite par certains médias et personnes mal informées ou carrément malveillantes est ahurissante et les opposants à la vaccination ont le champ libre de faire peur au monde sans aucun fondement scientifique. C’est comme le créationnisme (mais là, je m’égare).

Analyse des produits biologiques et chimiques (excipients)

Faisons le tour des produits biologiques et chimiques contenus dans une dose du vaccin Arepanrixâ„¢ H1N1 avec adjuvant (0,5 mL) de la compagnie GlaxoSmithKline (en passant, leur site fonctionne tout croche dans Firefox).

Cette liste provient directement de la pseudo-monographie du vaccin disponible sur le site de Santé Canada.

(Antigène) 3,75 µg d’hémagglutinine d’une souche analogue au virus influenza variante A/California/7/2009 (H1N1)v (X-179A) inactivée et fragmentée et isolée à partir de virus cultivés dans des œufs

Jusque là, rien ne semble inquiétant sauf que le procédé pour inactiver et fragmenter ce virus implique l’utilisation de formaldéhyde et de désoxycholate de sodium respectivement. On en retrouve des traces dans le produit fini. Dans le cas du formaldéhyde, il est officiellement classé comme cancérogène lorsque inhalé mais puisque le vaccin est injecté, que le corps en produit naturellement et qu’il est métabolisé assez rapidement, on peut affirmer que le risque est peu élevé ou inexistant. –> Discrédit #1 de la désinformation

Dans le cas du désoxycholate de sodium, le potentiel carcinogène du produit n’a pas été scientifiquement prouvé, en plus d’être produit naturellement par certaines bactéries intestinales. Certaines études cliniques confirment aussi que le produit est impliqué dans la guérison de certaines inflammations, de l’herpès et possiblement du cancer. En est-il la cause, un déchet ou simplement un produit chimique intermédiaire? En passant, je rejette aussi les arguments des naturopathes car ils sont pseudoscientifiques. –> Discrédit #2 de la désinformation

(Antigène) 5 µg de thimérosal USP

Ça pourrait commencer à être inquiétant car le thimérosal contient du mercure organique. Dans la dose prescrite, il y en aurait 2,5 µg. Certains diront qu’il y en a moins dans la dose de vaccin que dans un sandwich au thon en plus que le mercure contenu dans le vaccin serait du « bon Â» mercure (ce qui n’est pas le cas du thon). La différence est que le sandwich au thon est ingéré et le thimérosal est injecté. Au bout de la ligne, ça pourrait faire toute une différence sur la quantité de mercure réellement dans le sang mais le mercure du thimorésal n’est pas bioaccumulable. Du côté de la désinformation, ce produit a été banni des vaccins, pour enfants en 1999 à la suite d’une étude falsifiée et discréditée (ici) qui prétendait que ce produit causait l’autisme chez les enfants. Ce mythe perdure encore de nos jours et j’ai des amis qui n’ont pas fait vacciner leurs enfants contre la rougeole, les oreillons et la rubéole pour cette raison. Hmmmm… –> Discrédit #3 de la désinformation

Néanmoins, je me pose la question suivante, même si l’innocuité du produit a été démontrée presque hors de tout doute et que le produit n’a pas été réintroduit dans les vaccins pour enfants, pourquoi en mettre dans le vaccin contre la grippe? Pourquoi ne pas mettre les mêmes agents de conservation que dans les vaccins courants? Pour sauver des coûts et tourner les coins ronds? –> Questionnement #1

(Adjuvant) 11,86 mg de DL-α-tocopherol

C’est de la vitamine E, joual vert. J’espère que personne ne mettra en doute l’innocuité de la chose…

(Adjuvant) 10,69 mg de squalène

Squalène -> Squale[ne] -> Requin. C’est de l’huile de requin. Certaines personnes ont essayé de lier le squalène avec le syndrome de la guerre du Golfe. Cependant, il n’y a pas de preuve scientifique dans ce sens. Seuls quelques naturopathes sur Internet et des groupes de pression islamiques essaient de faire peur au monde directement (je ne mets aucun hyperlien pour ne pas donner du poids à ces pages. Googlez-les). Ce produit serait naturellement produit par l’humain (est-il dans notre sang par contre?). –> Discrédit #4 (potentiel) de la désinformation

Toutefois, les preuves scientifiques contre le squalène comme adjuvant commencent à s’empiler circonstantiellement. Je ne suis pas en mesure de vérifier les 29 (!) références. –> Questionnement #2

(Adjuvant) 4,86 mg de polysorbate 80

Il semblerait que le polysorbate 80 causerait des troubles d’infertilité. Il faudrait arrêter de manger de la crème glacée si on veut faire des enfants. Pourquoi Santé Canada et la FDA permettrait cet ingrédient? –> Discrédit partiel #5 de la désinformation

Pourquoi mettre un autre agent de conservation quand on met déjà du thimérosal. C’est parce que l’antigène et l’adjuvant sont mélangés tout juste avant l’injection et que les deux produits séparés ont une durée de conservation beaucoup plus grande que les produits mélangés.

Autres produits chimiques

(Antigène) chlorure de sodium, hydrogénophosphate de disodium, dihydrogénophosphate de potassium, chlorure de potassium, eau, protéines d’Å“ufs, sucrose

(Adjuvant) chlorure de sodium, hydrogénophosphate de disodium, dihydrogénophosphate de potassium, chlorure de potassium, eau

Je n’analyserai pas la chose pour l’instant… J’en ai assez fait!

Immunité légale

Je crois qu’une des choses qui me renverse le plus c’est l’immunité légale offerte par le gouvernement américain aux compagnies pharmaceutiques sous prétexte que la planète est dans un état d’urgence. Le gouvernement canadien ne veut pas se prononcer.

Études cliniques

Mais Eric, vas-tu faire vacciner tes enfants ou pas?

Mon problème se trouve dans le manque d’études cliniques et l’extrapolation faite à partir des études existantes. L’expérience clinique est en ce moment très limitée. Elle concerne les adultes et les enfants entre 3 et 9 ans (N≈200). De plus, il n’y a aucune étude clinique chez les enfants de moins de 3 ans ni chez les adolescents entre 10 et 17 ans.

Réponse

Pour éviter la cohue comme ça s’est passé dans certaines cliniques à Montréal, Québec et Lévis et pour que mes enfants ne deviennent pas les premiers cobayes, je vais attendre quelques semaines. En effet, d’après mes lectures, mes enfants sont peu à risque puisqu’ils sont en santé et ils ne sont pas particulièrement génétiquement susceptibles à attraper la maladie (pas de problèmes de poumon ni de problèmes neurologiques) en plus de n’avoir jamais été vaccinés pour la grippe auparavant (désolé, pas de référence pour l’instant, je veux aller me coucher).

Si tout se passe bien pour les enfants des parents inquiets – leur inquiétude causée par la panique médiatique – qui ne s’aperçoivent pas que leurs enfants sont des cobayes, je ferai vacciner les miens. Sinon, je continuerai mes recherches. J’espère seulement que si des effets secondaires existent, ils n’apparaîtront pas dans 20 ans.


Commentaires

Vous devez vous identifier pour émettre un commentaire.