Voici la version 2016 dudit formulaire. Il couvre maintenant les années 2001 à 2016. Les instructions restent les mêmes que par les versions précédentes mais j’y ai ajouté toutes les parties et sections du formulaire du gouvernement.

Comme d’habitude, je ne suis aucunement responsable des erreurs, ce fichier étant offert gratuitement parce que les différents ministères impliqués ne sont pas assez agiles/compétents techniquement/au service des citoyens pour le faire eux-mêmes. Come on… Engagez quelqu’un! Moi?!

J’ai plusieurs compétiteurs non gratuits maintenant! Mais je continue à croire que ce fichier Microsoft Excel 2003+ est le plus facile à utiliser (que quelques champs simples à remplir) en plus de ressembler à celui du MJQ à l’impression (feuille de calcul « Complet »), d’être à code source ouvert et, fait non négligeable, gratuit. Vous pouvez donc vérifier vous-mêmes les calculs et les modifier à votre guise.

Néanmoins, si vous y trouvez des anomalies, bogues et erreurs, s’il-vous-plait avisez-moi à l’adresse de courriel qui est bien cachée dans ce blogue.

PS Ce Formulaire de fixation des pensions alimentaires pour enfants par moi-même (Eric Chartré) est toujours distribué sous la licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Canada License. Creative Commons License Contactez-moi pour plus d’informations.

Laissez un commentaire

À la demande générale, voici la version 2015 dudit formulaire. Il couvre maintenant les années 2001 à 2015. Les instructions restent les mêmes que par les versions précédentes.

Comme d’habitude, je ne suis aucunement responsable des erreurs, ce fichier étant offert gratuitement parce que les différents ministères impliqués ne sont pas assez agiles/compétents techniquement/au service des citoyens pour le faire eux-mêmes. Come on… Engagez quelqu’un! Moi?!

Il semblerait aussi que j’aie des compétiteurs non gratuits maintenant! Mais je continue à croire que ce fichier Microsoft Excel 2003+ est le plus facile à utiliser (que quelques champs simples à remplir) en plus de ressembler à celui du MJQ à l’impression (feuille de calcul « Complet »), d’être à code source ouvert et, fait non négligeable, gratuit. Vous pouvez donc vérifier vous-mêmes les calculs et les modifier à votre guise.

Néanmoins, si vous y trouvez des anomalies, bogues et erreurs, je vous prierais de m’aviser à l’adresse de courriel qui est bien cachée dans ce blogue.

PS Ce Formulaire de fixation des pensions alimentaires pour enfants par moi-même (Eric Chartré) est toujours distribué sous la licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Canada License. Creative Commons License Contactez-moi pour plus d’informations.

Laissez un commentaire

Compte tenu du nombre effarant de robots qui essaient de créer des comptes sur ce blogue (quelques dizaines à l’heure), j’ai désactivé cette fonction jusqu’à nouvel ordre. Vous pouvez m’envoyer un courriel directement à l’adresse qui est ici. J’activerai un CAPTCHA ou un équivalent dès que j’en aurai le temps.

Laissez un commentaire

Voici la version 2014 dudit formulaire. Il couvre maintenant les années 2001 à 2014. Les instructions restent les mêmes que par les versions précédentes.

Comme d’habitude, je ne suis aucunement responsable des erreurs, ce fichier étant offert gratuitement parce que les différents ministères impliqués ne sont pas assez agiles/compétents techniquement/au service des citoyens pour le faire eux-mêmes. Come on… Engagez quelqu’un!

Il semblerait aussi que j’aie des compétiteurs non gratuits maintenant! Mais je continue à croire que ce fichier Microsoft Excel 2003+ est le plus facile à utiliser (que quelques champs simples à remplir) en plus de ressembler à celui du MJQ à l’impression (feuille de calcul Complet) et d’être à code source ouvert. Vous pouvez donc vérifier vous-mêmes les calculs et les modifier à votre guise.

Néanmoins, si vous y trouvez des anomalies, bogues et erreurs, je vous prierais de m’aviser à l’adresse qui est bien cachée dans ce blogue ou par l’émission d’un commentaire. (En passant, les commentaires sont filtrés avant publication pour conserver une certaine qualité, conserver l’anonymat ou éviter le jambon Internet.)

PS Ce Formulaire de fixation des pensions alimentaires pour enfants par moi-même (Eric Chartré) est toujours distribué sous la licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Canada License. Creative Commons License Contactez-moi pour plus d’informations.

Laissez un commentaire

Voici un petit formulaire que j’ai créé pour quand je voyage à l’étranger avec mes enfants. Il s’inspire du formulaire et de la lettre qui sont disponible sur le site du Gouvernement du Canada.

Il s’agit d’un formulaire PDF que vous devez absolument imprimer recto-verso en format légal (8½ x 14). De plus, il ne couvre qu’un seul enfant et qu’une personne consentente à la fois.

Contrairement au modèle de lettre du Gouvernement du Canada, il est possible de remplir les cases directement dans le formulaire et de le faire estampiller par un commissaire à l’assermentation pour lui donner un cachet plus légal. De plus, il est écrit dans trois langues : français, anglais et espagnol ce qui rend les voyages dans certains pays encore plus faciles.

Les cases sont aussi assez grandes pour écrire les renseignements à la main.

Je ne suis aucunement responsable des erreurs et je me dégage de toute responsabilité dans son utilisation. De plus, cette Lettre de consentement pour un enfant voyageant à l’étranger par moi-même (Eric Chartré) est toujours distribué sous la licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Canada License. Creative Commons License Contactez-moi pour plus d’informations.

Bon voyage!

Laissez un commentaire

Serein et au chaud dans un petit coin du dos de mon maître, je n’avais rien demandé, seulement pouvoir vivre et m’exprimer. Voici le journal de mes derniers jours.

Jour 1 : Un soir, mon maître a commencé par m’enduire d’une substance glissante et odorante. Quand la première lame est passée, j’avais gardé un peu de fierté mais le salaud a utilisé une guillotine à plusieurs lames. J’ai résisté le plus que je pouvais. Après la troisième lame, je me suis sauvé pour conserver le peu qui me restait. Quelle agonie! Ma belle partie aérienne, celle dont j’étais le plus fier, avait été sauvagement taillée.

Jour 2 : J’entrepris de me venger. À bout de souffle, j’horripilais à chaque frisson, à chaque courant d’air. Malheur à ce vaurien.

Je me souviens qu’il y a plusieurs années, il nous avait déjà fait le coup sous prétexte que nous n’étions pas assez hydrodynamique et que ça le ralentissait quand il se baignait.

Ce n’était donc pas la première fois.

J’ai pris toute l’énergie qui me restait pour sortir de mon pore. Pousse, pousse, pousse me dis-je. Je dois survivre.

Jour 3 : Il fait froid. Bon… Qu’est-ce qu’il fait encore. Je suis dans une pièce toute blanche et on m’a graissé d’un produit gellifique alcoolisé. À travers mon coma éthylique, je me suis mis à entendre mon maître gémir de douleur… Était-il sous la torture d’une abominable créature? Mais quel supplice, quel tourment l’affligeait? Que se passe-il? Et il criait et il jurait. Je suis même certain de l’avoir entendu pleurer. J’avais pitié de lui, le pôôôvre.

C’est alors que je suis sorti de ma torpeur. J’entendis plusieurs dizaines de mes camarades hurler d’une souffrance atroce. Une lumière éblouissante m’aveugla. À mon réveil, ça sentait le roussi autour de moi. Le carnage. En plus d’avoir perdu la plupart de mes amis de longue date, mon paysage d’habitude si doux et régulier ressemblait à un champ de bataille. Rougeurs, boursouflures, on aurait dit que des milliers de bombes avaient explosées. Une vraie boucherie.

Jour 4 : Je m’évanouissais et reprenais conscience constamment. J’ai entendu un survivant chuchoter : « J’ai entendu parler notre maître. Il a décidé de partir en guerre contre nous. Semblerait-il qu’on va tous y passer. Nous avons eu le malheur de naître à un endroit où nous serions disgracieux, laids et grossiers. Il a même utilisé le mot indésirable. »

Jour 5 : Autour de moi, il reste plusieurs traces du passage de la Lumière Aveuglante Satanique de l’Extermination de la Racine – un peu pompeux mais c’est le seul nom que les réchappés et moi avons trouvé pour décrire cette arme de destruction massive.

Des points rouges partout. Des cadavres qui tombent par milliers.

Jour 6 : « Citoyens de la Kératine : Résistons. Mettons en œuvre des représailles dont il se souviendra. Poussons tous en choeur. Dru, Dru, Dru! Mais, surtout, laissons-le geler quand il y a un courant d’air. Horripilons seulement quelques secondes pour sortir de nos pores, faisons-le souffrir et cachons nous tout de suite après. Organisons la résistance de la chair de poule contre ce maître qui ne nous mérite pas. La guerre ne fait que commencer. »

Jour 25 : Il semblerait que la vie a repris son cours. Nous avons évalué les pertes de nos confrères à 40 %. Nous avons presque tous repris notre longueur originale. J’espère sincèrement que notre maître va nous oublier pour quelque temps. Nous avons même décidé de reprendre le service pour le protéger du froid sibérien, pour lui montrer notre utilité.

Jour 47 : Ha non! Nous sommes encore passés à la guillotine. Quatre lames cette fois-ci. Encore plus près de notre extinction. Je redoute les prochains jours. La Lumière Aveuglante Satanique de l’Extermination de la Racine reviendra-t-elle? Ô, grand Maitre, épargnez-nous.

Jour 48 : Je n’ai même pas eu le temps de repousser qu’encore une fois, je suis tombé dans un coma éthylique. À l’aide! Nous allons tous mourir. Mais avant de m’évanouir, je me dis que cette ordure va souffrir le martyr lui aussi. Je l’entends déjà hurler d’ailleurs! Mouhahahahahah.

Jour 49 : Ça sent toujours le roussi. Je ne sais pas comment mais j’ai survécu. À nouveau, ç’a été un vrai massacre. Mon ami de l’autre jour est tombé au combat. Il ne me reste que quelques frères d’arme. Je veux résister mais je ne sais pas si j’en ai encore la force.

Jour 60 : Nous ne sommes plus beaucoup. Même pas assez pour offrir une protection suffisante contre le froid à notre maître ingrat. Mais nous poussons, toujours résolus à persister.

Jour 88 : Et ça recommence. Les miraculés se sont tous faits faucher. J’ai eu beau pousser le plus vigoureusement possible, je suis quand même passé sous le couperet. Pas moyen de sortir un peu. Du nivellement par le bas. Enfin… Je suis résigné.

Jour 89 : Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh! Monstrueuse souffrance. Nous avons découvert que ladite Lumière est émise par une odieuse machine. Nous aimerions nous charger d’électricité statique afin de la zapper une fois pour toute mais notre nombre est tellement limité que nous sommes impuissants.

Jour 90 : À la guerre, tout le monde y perd! Le dos de mon maître ressemble à une fraise. Encore tout boursouflé. Mais il a souffert le bandit.

Jour 8374949 : Quand suis-je? Même si je lui montre que j’ai rendu les armes, il continue à nous maltraiter à coups d’armes blanches. Puisque ce n’est pas assez, il poursuit avec des armes de destruction massive. Je ne veux plus continuer mais ma nature étant ce qu’elle est, je pousse… Mais pour combien de temps?

Jour 184 : Devant ma récalcitrance, mon maître-bourreau a décidé de me faire passer à la chaise électrique. Mais quel crime ai-je donc commis? Je ne faisais qu’exister tout peinard dans un petit coin sans faire de mal à personne.

Électrolyse qu’ils appellent. J’ai été fier pendant 40 ans. Petit duvet que j’étais, j’ai grandi jusqu’à devenir un beau follicule long et noir. Mais, maintenant, c’est terminé. Adieu fidèles amis.

Laissez un commentaire

Voici la version 2013 dudit formulaire. Il couvre maintenant les années 2001 à 2013. Les instructions restent les mêmes que par les versions précédentes.

Comme d’habitude, je ne suis aucunement responsable des erreurs, ce fichier étant offert gratuitement parce que les différents ministères impliqués ne sont pas assez agiles/compétents techniquement/au service des citoyens pour le faire eux-mêmes. Come on… Engagez quelqu’un!

Il semblerait aussi que j’aie des compétiteurs non gratuits maintenant! Mais je continue à croire que ce fichier Microsoft Excel 2003+ est le plus facile à utiliser (que quelques champs simples à remplir) en plus de ressembler à celui du MJQ à l’impression (feuille de calcul Complet) et d’être à code source ouvert. Vous pouvez donc vérifier vous-mêmes les calculs et les modifier à votre guise.

Néanmoins, si vous y trouvez des anomalies, bogues et erreurs, je vous prierais de m’aviser à l’adresse qui est bien cachée dans ce blogue ou par l’émission d’un commentaire. (En passant, les commentaires sont filtrés avant publication pour conserver une certaine qualité, conserver l’anonymat ou éviter le jambon Internet.)

PS Ce Formulaire de fixation des pensions alimentaires pour enfants par moi-même (Eric Chartré) est toujours distribué sous la licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Canada License. Creative Commons License Contactez-moi pour plus d’informations.

Laissez un commentaire

Après plusieurs demandes, voici une nouvelle version dudit formulaire. Il couvre maintenant les années 2001 à 2012. Il fait suite à cet article et les instructions restent les mêmes..

Comme d’habitude, votre pas trop humble serviteur n’est pas responsable des erreurs, ce fichier étant offert gracieusement et gratuitement parce que les différents ministères impliqués ne sont pas assez agiles/compétents techniquement/au service des citoyens pour le faire eux-mêmes. Peut-être préfèrent-ils protéger une industrie? Enfin… Je ne suis qu’un pôôôvre citoyen essayant de rendre service…

Néanmoins, si vous y trouvez des anomalies, bogues et erreurs, je vous prierais de m’aviser à l’adresse qui est bien cachée dans ce blogue ou par l’émission d’un commentaire. (En passant, les commentaires sont filtrés avant publication pour conserver une certaine qualité, conserver l’anonymat ou éviter le jambon Internet.)

PS Ce Formulaire de fixation des pensions alimentaires pour enfants 2009 par moi-même (Eric Chartré) est toujours distribué sous la licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Canada License. Creative Commons License Contactez-moi pour plus d’informations.

Laissez un commentaire

Rectification et cui!

14 juin 2010 | Publié par Eric Chartré

Bon… Mon dernier article était un peu exagéré, probablement sous le coup de l’émotion et du manque de sommeil.

Depuis que j’ai sorti mon super sac de couchage doublé d’un drap en soie (ben oui…), de mes sous-vêtements en laine en plus de mes bouchons pour les oreilles, je dors super bien. Je suis revenu le Eric de bonne humeur car je suis un peu plus dans ma zone de la douce incertitude.

En plus, peut-être pour une question d’adaptation, je mange relativement bien. Je suis cependant un peu crotté… Pas de douche… Court lavage à la débarbouillette… Je ne sens pas très bon. Mais ça, c’est plus pour les zôtres que pour moi.

Avec la famille d’accueil, il y a eu des hauts et surtout des bas. J’ai cependant acheté un sac de biscuits au chocolat et je les ai amadoués! Hmmmmm… Biscuits au chocolat…

Hier, il s’est passé plein de choses… Mais je vais laisser le suspense pour l’émission. Je peux cependant vous annoncer que je ne suis pas très habile au lasso… Hilarant!

Aujourd’hui, par contre, j’ai tué [aidé à] et mangé mon premier cui. Ça goûte le poulet en plus caoutchouteux et moins de viande… Pis ça fait « cui cui » des cuis. Je vous ai dit que ça se prononce « couil » (prononcez-le vite)?

De plus, juste avant, j’ai bu du lait directement du pie de la vache que j’ai traite moi-même. C’est bon — le lait, pas ma technique de traite! En plus c’est bon pour l’estomac il paraît!!!!!

Demain, je pars pour Castrovirreyna à 3000 quelques mètres d’altitude (allez… cherchez sur Google). Encore une fois, je n’ai aucune idée de la sorte d’accès à Internet que je vais avoir là-bas… Il se pourrait que je sois offline pour quelques jours. En espérant que mes intestins durent jusque là!!! Héhéhéhé!

Laissez un commentaire

En famille d’accueil!

12 juin 2010 | Publié par Eric Chartré

Comme toutes les conditions ici, l’accès à Internet est lui aussi précaire.

Je vais donc faire vite.

La vie est très difficile. Les faits (pas du chialage) :
– Je dors par terre…
– C’est très froid la nuit (et je suis pourtant bien équipé et habitué de coucher dehors)…
– Je ne mange vraiment pas bien…
– Je travaille la nuit (de 23:30 à 8:30 pour irriguer des champs)…
– Le travail que je fais n’est vraiment pas efficace…

En ce moment, je ne suis pas dans la meilleure humeur, probablement dû à un sérieux manque de sommeil. Au moins, la digestion ça va. Je fais semblant d’avoir des maux d’estomac pour ne pas à avoir à tout manger car la bouffe n’est pas très bonne — et c’est un euphémisme… On me sert de la tisane pour mes « maux » mais, étrangement, ça ne marche pas!!! Je ne veux surtout pas les froisser… Héhéhé!

[Ils mangent plus qu’à leur faim en passant… Toute la famille est super bien nourrie en quantité.]

Le plus frustrant, c’est de voir comment les gens vivent ou travaillent. Avec les moyens qu’ils ont, ils pourraient faire beaucoup mieux. En voici un exemple : quand je pars en camping sauvage ou à Bicolline, mes conditions sont meilleures et ce n’est pas une question d’équipement ni d’outils mais seulement la façon de faire les choses. Je crois qu’ils ne savent tout simplement pas qu’il y a mieux. Enfin….. Ce n’est pas à moi à imposer ma vision et mes standards… Il faudra que je l’accepte…

Pour terminer sur les aspects plus négatifs, je crois qu’il y a comme un « froid » entre moi et ma famille d’accueil. Ce froid est certainement causé par mon espagnol – le plus d’intéractions que j’ai c’est avec la petite fille de 6 ans, on parle de plein de choses. Le señor me pose plusieurs questions délicates avec beaucoup d’insistance comme combien je gagnais, si j’ai une voiture, si elle est grosse, etc. Les 6 ou 7 premières fois, j’ai refusé de lui répondre mais je lui ai finalement donné un nombre assez bas, genre 70% de moins que mon vrai salaire. Depuis, je crois qu’il pense que je suis super riche car, même si je fais des comparaisons, il ne semble pas comprendre pas le concept du coût de la vie (et des taxes!)…

Mon humeur va sûrement m’améliorer dans les prochains jours. Des choses plus intéressantes au programme!

Au moins, je peux admirer les étoiles et j’ai une vue de la Voie lactée que nous n’avons pas dans l’hémisphère nord.

Aussi, on m’a présenté les célibataires du coin! Très typique et cocasse!

Plus de détails dans mon photoreportage si je suis capable d’ajouter des photos…

3 commentaires

Suites de Yangas…

10 juin 2010 | Publié par Eric Chartré

Bon… Voici la suite.

Comme je disais, j’ai rencontré des gens extraordinaires. Pour commencer, j’ai travaillé dans les champs avec Alexandrina, Francine, Monique et Colette.

Alexandrina est une mère péruvienne d’une quarantaine d’années qui travaille aux champs depuis qu’elle est préado. Elle fait le programme pour les cours d’alphabétisation et, surtout… le tricot.

Francine et Monique sont deux québécoises qui font partie d’un voyage de coopération internationale organisé par ARO International. Francine et Monique ont travaillé aussi fort sinon plus fort que moi à cueillir et transporter des laitues et à désherber. En passant, Francine a une soixantaine d’années et Monique a 76 ans! Toute une leçon d’humilité pour le petit jeune que je suis!

Colette a, elle aussi travaillé très fort avec nous dans les champs. Elle est l’organisatrice de ARO qui est un ONG québécois qui ne reçoit pas de subvention de qui que ce soit. C’est cet organisme qui organise et défraie la construction du four à pain et à qui on doit l’initiative des cours d’alphabétisation/tricot. Ils ont apportés avec eux d’innombrables articles (vêtements, savons, laine, jouets, etc.) pour les gens d’ici.

Ah oui… Avant que j’oublie… Je me suis fait donné une raclée par les jeunes de 8 à 12 ans au futból. Ils sont très impressionnants. Je leur ai légué un ballon, particulièrement au jeune qui m’en a passé un entre les jambes.

Jour 3 dans le Pérou reculé : J’étais supposé de faire une entrevue d’une heure ce matin. Cependant, en dedans de 10 minutes, une brume digne du film de Stephen King du même nom s’est abattue sur nous. Je me suis donc dirigé, après le déjeûner [!], à la boulangerie en construction. Je suis arrivé sur le tard car il ne restait qu’une heure de travail que j’ai fait comme un gars de la voirie. Bon… Dans les faits, les péruviens ne voulaient pas que l’on fasse de la maçonnerie… Donc on a charroyé de la brique, fait de belles tours comme des blocs Lego, rempli quelques chaudières d’eau et regardé les péruviens travailler… Sans commentaires. Après, fête à El Olivar pendant que je faisais la fameuse entrevue qui a finalement duré plus de 90 minutes. La prise de son était terrible car le bruit ambiant se propageait très facilement dans le champ de brocolis où on était. Donc on se faisait interrompre à tout bout de champ (héhéhé!). En passant, un champ de brocolis coupés accompagné d’un chien mort, ça pue! Des petits adieux et retour à Lima (deux heures sur un chemin pas très carossable) où je suis allé finalement mangé un soupe de soba avec des sardines tempura dans un resto japonais… Rien de trop beau pour la classe ouvrière.

En passant, le travail des femmes (volontaires ou non) aux champs est plus difficile que celui des hommes à la boulangerie! 😉

J’ai mis plusieurs nouvelles photos!

Il se pourrait que cela prenne un petit bout avant la prochaine entrée. Je retourne dans deux autres coins reculés du Pérou : Huaytara et Castrovirreyna. Je couche en famille d’accueil pour les deux prochaines semaines. Fini la grosse vie… et fini l’accès à Internet peut-être.

2 commentaires

La vraie vie… à Yangas!

9 juin 2010 | Publié par Eric Chartré

Une courte entrée…

Je suis à Yangas depuis hier. Essayez de trouver le village sur Google Earth!

Jour 1 dans le Pérou reculé : un peu de construction dans une (l’) école de Zapan (encore une fois Google Earth). Béton (qui est beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup trop liquide mais si facile à couler) et pelletage. Comme on m’avait prévenu, on aime ça déplacer un tas de terre 3 fois! Au moins, c’est pour une bonne cause. Ils construisent un bâtiment pour héberger un four à pain industriel au propane. Ils vont pouvoir fournir toute la région en pain au lieu de l’importer de Lima.

Jour 2 dans le Pérou reculé : Charroyage de betteraves (10 minutes), cueillette de laituessss (1h30) et désherbage (2h30) à El Olivar… J’espère que vous appréciez votre laitue car c’est de la job! Ensuite, soccer (wouhou!) ou hutból comme ils le prononcent, un peu d’alphabétisation et du tricot. Je me suis essayé pour le tricot. Pas une expérience convaincante. Je fais dans le macro… Pas dans le micro! On a aussi eu droit à une fête. Les gens de l’équipe de tournage m’ont aussi fait une joke me demandant d’aller remercier le village/école au nom de l’équipe de télévision. Je n’étais pas supposé le faire (une joke) mais je l’ai fait pareil! Hilarant mon espagnol[!]

Les femmes ici ont beaucoup de courage d’affronter la vie comme elles le font… J’ai aussi rencontré des gens très intéressants.

De mon côté, la digestion va toujours bien (je touche (mange!?)) du bois à tous les jours.

Suite, avec photos, un peu plus tard quand je serai de retour à Lima. Je suis présentement sur un accès satellite à 120 kb/s (ce sont des bits, pas des octets) avec un délai > 1 sec.

Laissez un commentaire

Mon photo reportage!

6 juin 2010 | Publié par Eric Chartré

Mon photo-reportage est publié! Lisez les légendes!

Laissez un commentaire

Malgré la journée d’hier où je suis allé dans une centre jeunesse et un collège pour aider (ou plutôt me familiariser) avec le soutien à la recherche d’emploi pour les jeunes du nord-est de Lima (je crois) et où j’ai été submergé par tous les stimulis de la vie grouillante, mon «travail» de coopérant n’est pas encore réellement commencé.

En effet, aujourd’hui et demain, l’équipe (et moi-même) sommes dans un relatif congé. Relatif car certaines gens de l’équipe ont du boulot à faire… Contrairement à moi qui vient tout juste d’arriver, ils viennent de passer quelques semaines dans la jungle bolivienne et vont continuer leurs périples au Pérou, à Cuba et au Nicaragua pour quelques semaines encore. Ils ont besoin d’un peu de repos.

Ainsi, on l’a coulé très douce aujourd’hui : des visites dans les parcs de la capitale, du shopping dans un marché noir de Lima, une crème glacée digne du Tutto Gelato (ils n’accepte pas leur carte fidélité cependant) et un souper dans un des meilleurs restaurant de fruits de mer et de poisson du Pérou.

Bon… C’est quoi la passe du marché noir… Il s’agit d’un centre d’achat sur plusieurs étages où ils vendent des DVD/Blu-Ray bootleg de tous les films populaires, même ceux qui sont encore au cinéma (genre Shrek 4 et Prince of Persia par exemples), où on peut trouver des chaussures et vêtements griffés mais probablement faits par des enfants de 6 ans dans le fin fond du Bengladesh et, finalement, où des personnes techniquement très compétentes hackent des XBox 360 et des PS3 devant vos yeux en 6 minutes. Ouf… Je voulais voir s’ils avaient des jeux pour la XBox (originale) et les vendeurs de 16 ou 17 ans me disaient non avec un sourire en coin (genre t’es donc bien vieux!) Par endroit, cela me faisait penser aux rues du film Blade Runner.

Ceux qui me connaissent savent que je commence à apprécier le sushi uniquement depuis mon voyage au Japon et que je n’aime toujours pas vraiment le poisson ni la plupart des fruits de mer. Cependant, j’ai mangé un super-hyper-ultra bon ceviche : un Tiradito de la cumbre. Il n’était pas très traditionnel car il manquait les oignons et la marinade/sauce contenait du beurre et de la crème. Mais, d’après moi et mes compagnons de voyages, c’était le meilleur plat sur la table. J’ai fait suivre le tout par «una papillote de lubina» (une papillote de bar) et je peux vous avouer, aujourd’hui que j’aime dorénavant le poisson. OK… Pas tous les poissons mais je peux dire quand même que j’aime le poisson. Muy rico! Pour terminer le repas en beauté : un soufflé au chocolat. Pour paraphraser Dany, le caméraman : «un orgasme dans la bouche». Comme le titre de cet article le dit, grosse vie de coopérant. Mais ce ne sera plus comme ça dans les prochains jours.

Lundi, je pars pour Yangas où je vais aider dans la construction d’un four à pain et cueillir des céleris et faire les tâches ménagères de certaines femmes pour qu’elles puissent apprendre à lire et à écrire. Peut-être que le programme sera tout autre aussi. J’ai aussi bien hâte de goûter au cui – le cochon d’inde – un met très prisé ici.

Comme je le disais plus haut, hier je suis allé au nord-est de Lima dans un quartier plutôt défavorisé. Ce n’était pas un bidonville mais ce n’était pas le gros luxe non plus. On a tourné quelques séquences avec un super coopérant du Nouveau-Brunswick qui est déjà ici depuis un an et qui s’appelle Mike Cameron. Un très beau moment en sa compagnie. Je suis allé dans un marché(?! — un autre point exclarrogatif) sur les trottoirs d’une rue très passante. Lors du tournage d’une séquence, je me suis fait tâter la fesse droite par un garçon de 8 ans qui voulait «voir» ce qu’il y avait dans la poche. J’y avais mis mon dictionnaire français-espagnol. Il faut croire que c’était trop dur à sortir car il a continué son chemin en me regardant bizarrement. À la fin de l’après-midi, j’ai «subi» mon premier interrogatoire (entrevue). Ce n’était pas facile car le lieu choisi était très très particulier et venait jouer sur certaines cordes sensibles. Enfin… J’ai quand même vécu des choses assez spéciales que vous pourrez voir dans l’émission de télé!!!

Dernière chose au nombre de deux… Le(s) fruit(s) du jour. Primeramente : le lúcuma ou lukuma. Si vous y avez déjà goûté, pourriez-vous me dire à quoi ça ressemble SVP? Et non! Contrairement à l’article anglophone sur Wikipédia, cela ne goûte pas la patate sucrée et le sirop d’érable. J’en ai bu un grand verre ce matin – très riche – en plus d’une crème glacée. Ah oui… J’ai aussi mangé une grenadille (qui n’est pas son vrai nom). Goût = 6/10. Texture = -34/10, genre bave épaisse de tétards mélangée avec des pépins trop petits pour les cracher.

D’autres nouvelles et photos (je l’espère) demain!

Laissez un commentaire

Arrivée au Pérou!

4 juin 2010 | Publié par Eric Chartré

Me revoici reparti à l’aventure.

Pour éviter d’inquiéter mes amis, ma famille et surtout… ma mère, je vais une fois de plus essayer de mettre à jour ce blogue de façon fréquente.

Comme vous le savez sûrement, j’ai été accepté comme coopérant pour un projet de coopération internationale organisé par une maison de production de documentaires de Montréal parmi 3000 candidats qui vont filmer l’aventure : Opération Solidarité. Je suis donc au Pérou en ce moment afin d’aider, autant que soit peu, les gens de là-bas (d’ici!? Tout est relatif!). Et, en bonus, je vais passer à la télé!

Pour commencer mes histoires de voyage, un peu de bitchage… Étrangement, même si je n’avais qu’une connexion aux États-Unis, on m’a fait passé par les douanes américaines… On m’a posé toutes les questions habituelles pour voir si je n’étais pas un méchant terroriste. Aussi, à la sécurité, on fait des fouilles manuelles… J’ai proposé à l’agent de faire un massage aux gens en même temps. Il va prendre ça sous considération car il semblerait que son métier ne soit pas payant. Enfin…

À Miami, il faisait orage… Donc 3 heures d’attente à l’aéroport en plus de passer proche de ne pas pouvoir atterrir. J’en ai profité pour lire un peu et parfaire mon plus que déficient espagnol. Une fois que je vais être dégêné, cela devrait mieux aller.

Je suis donc arrivé à 2:30 du matin dans mon lit. Pas capable de dormir et on partait en tournage à 7:00 le lendemain. Encore une nuit très courte.

Mes premières impressions… L’équipe de tournage est extraordinaire. Des personnes super sympathiques avec qui, je crois, je vais avoir beaucoup de plaisir. Il y a quelques montréalais au travers mais que voulez-vous, ils sont nés comme ça! Hahahahahha! 😉

Lima… Ayoye! Tout un choc. C’est totalement l’opposé du Japon. Un chaos désorganisé. Mandelbrot n’y trouverait pas ses petits. Mais c’est probablement de la faute à mon oeil de gringo (celui qui accompagne mon oeil de lynx et mon oeil de faucon). Une fois que j’aurai trouvé la logique, je vais trouvé ça aussi organisé que les dédales administratifs du GQ! Héhéhé!

Vous connaissez mon obsession avec les toilettes? Je vais essayer de mettre une photo de celle de ma chambre! Je vais accompagner la chose avec quelques photos de ma première journée avec ma super équipe. Aucun rapprochement avec la toilette sauf le medium utilisé! Euuuhhhh….

Bon… Sur ce, mon temps Internet est terminé!

Hasta mas luego ou… en plus court… Hasta mas ou, encore mieux, H+ <- Un des nombreux néologismes que je vais essayer d'introduire ici!

Un commentaire

Bon… On se calme le pompon…

Après relecture, Je m’aperçois que mon message est très ambigu. C’est ça vouloir être trop objectif.

Premièrement, je répète que je suis totalement pour la vaccination. Les vaccins sont efficaces et c’est une des plus belles découvertes de la médecine moderne. Je mets seulement en doute le contrôle-qualité du vaccin actuel de GSK et de Santé Canada.

Deuxièmement, l’énumération que j’ai faite des produits chimiques inclus dans le vaccin ou dans son adjuvant a été réalisée pour casser les mythes qui sont propagés par les gens contre la vaccination. Ce sont eux et leurs arguments pseudoscientifiques que je veux discréditer.

Je vais donc réécrire une partie de mon entrée pour être plus explicite :

D’autre part, la désinformation par les opposants à la vaccination, c’est-à-dire des personnes mal informées ou carrément malveillantes, est ahurissante et ces opposants ont le champ libre de faire peur au monde par des arguments qui n’ont aucun fondement scientifique. C’est comme pour le créationnisme (mais là, je m’égare).

Donc, voici le point que j’essayais de faire : les composantes du vaccin, analysées de façon individuelles, semblent inoffensives. Cependant, Santé Canada a autorisé un vaccin qui n’a pas fait l’objet d’études cliniques pour certains groupes d’âge particulièrement visés par la campagne de vaccination actuelle. En plus, le gouvernement américain donne un passe-droit aux compagnies pharmaceutiques pour faire n’importe quoi. C’est sur ces deux faits que je me pose des questions.

Ce que j’ai relaté dans ma dernière entrée vise aussi particulièrement un vidéo totalement débile que plusieurs reprennent sur Facebook. Aller voir les commentaires qui font suite à ce vidéo… Ils sont tout aussi débiles et sans fondement.

En plus, après le reportage d’Enquête à Radio-Canada, on s’aperçoit que les personnes qui font campagne contre la vaccination :

  • ont des intérêts financiers dans un antiestablishment médical et utilisent la désinformation pour arriver à leurs fins,
  • sont des fanatiques pseudoscientifiques qui font peur au monde,
  • sont naïfs, crédules ou carrément stupides,
  • toutes ces réponses.

Si j’ai du temps, je vais donc rephraser mon message pour qu’il soit sans équivoque. Vraiment désolé si je vous ai induits en erreur.

Est-ce que je vais faire vacciner mes enfants? Définitivement. Je vais seulement attendre un tout petit peu.

Laissez un commentaire

En général, je suis totalement pour la vaccination. Il faut cependant se poser certaines questions sur la campagne de vaccination contre le virus de l’influenza A (H1N1). En effet, tout porte à croire que l’autorisation donnée au vaccin par Santé Canada est une décision politique (interim order) et non pas une décision scientifique :

« Santé Canada a autorisé la vente du vaccin Arepanrixâ„¢ H1N1 en se fondant sur les résultats d’essais cliniques limités menés chez des humains en vertu d’un arrêté d’urgence délivré le 13 octobre 2009. Cette autorisation s’appuie sur l’évaluation par Santé Canada des données publiées sur la qualité, l’innocuité et l’immunogénicité du vaccin. Compte tenu de la menace actuelle de pandémie et de son risque pour la santé des humains, Santé Canada juge que le profil risque-bienfait du vaccin ArepanrixMC H1N1 est favorable pour l’immunisation active contre la souche de la grippe H1N1 2009 dans une situation de pandémie officiellement déclarée.  Â»

Dans la très très grande majorité des cas, il est tout à fait vrai que les risques amenés par les complications à la suite d’une infection virale ou par l’infection elle-même sont des ordres de grandeur plus grands que les risques de complications ou d’effets indésirables à la suite de la vaccination. Cependant, là où je trace une ligne c’est sur le manque de contrôle-qualité du vaccin que Santé Canada a autorisé. Je peux comprendre que le gouvernement veule rassurer la population et enrayer la pandémie. Mais je ne suis pas prêt à embarquer dans tout ça les yeux fermés.

D’autre part, la désinformation faite par certains médias et personnes mal informées ou carrément malveillantes est ahurissante et les opposants à la vaccination ont le champ libre de faire peur au monde sans aucun fondement scientifique. C’est comme le créationnisme (mais là, je m’égare).

Analyse des produits biologiques et chimiques (excipients)

Faisons le tour des produits biologiques et chimiques contenus dans une dose du vaccin Arepanrixâ„¢ H1N1 avec adjuvant (0,5 mL) de la compagnie GlaxoSmithKline (en passant, leur site fonctionne tout croche dans Firefox).

Cette liste provient directement de la pseudo-monographie du vaccin disponible sur le site de Santé Canada.

(Antigène) 3,75 µg d’hémagglutinine d’une souche analogue au virus influenza variante A/California/7/2009 (H1N1)v (X-179A) inactivée et fragmentée et isolée à partir de virus cultivés dans des œufs

Jusque là, rien ne semble inquiétant sauf que le procédé pour inactiver et fragmenter ce virus implique l’utilisation de formaldéhyde et de désoxycholate de sodium respectivement. On en retrouve des traces dans le produit fini. Dans le cas du formaldéhyde, il est officiellement classé comme cancérogène lorsque inhalé mais puisque le vaccin est injecté, que le corps en produit naturellement et qu’il est métabolisé assez rapidement, on peut affirmer que le risque est peu élevé ou inexistant. –> Discrédit #1 de la désinformation

Dans le cas du désoxycholate de sodium, le potentiel carcinogène du produit n’a pas été scientifiquement prouvé, en plus d’être produit naturellement par certaines bactéries intestinales. Certaines études cliniques confirment aussi que le produit est impliqué dans la guérison de certaines inflammations, de l’herpès et possiblement du cancer. En est-il la cause, un déchet ou simplement un produit chimique intermédiaire? En passant, je rejette aussi les arguments des naturopathes car ils sont pseudoscientifiques. –> Discrédit #2 de la désinformation

(Antigène) 5 µg de thimérosal USP

Ça pourrait commencer à être inquiétant car le thimérosal contient du mercure organique. Dans la dose prescrite, il y en aurait 2,5 µg. Certains diront qu’il y en a moins dans la dose de vaccin que dans un sandwich au thon en plus que le mercure contenu dans le vaccin serait du « bon Â» mercure (ce qui n’est pas le cas du thon). La différence est que le sandwich au thon est ingéré et le thimérosal est injecté. Au bout de la ligne, ça pourrait faire toute une différence sur la quantité de mercure réellement dans le sang mais le mercure du thimorésal n’est pas bioaccumulable. Du côté de la désinformation, ce produit a été banni des vaccins, pour enfants en 1999 à la suite d’une étude falsifiée et discréditée (ici) qui prétendait que ce produit causait l’autisme chez les enfants. Ce mythe perdure encore de nos jours et j’ai des amis qui n’ont pas fait vacciner leurs enfants contre la rougeole, les oreillons et la rubéole pour cette raison. Hmmmm… –> Discrédit #3 de la désinformation

Néanmoins, je me pose la question suivante, même si l’innocuité du produit a été démontrée presque hors de tout doute et que le produit n’a pas été réintroduit dans les vaccins pour enfants, pourquoi en mettre dans le vaccin contre la grippe? Pourquoi ne pas mettre les mêmes agents de conservation que dans les vaccins courants? Pour sauver des coûts et tourner les coins ronds? –> Questionnement #1

(Adjuvant) 11,86 mg de DL-α-tocopherol

C’est de la vitamine E, joual vert. J’espère que personne ne mettra en doute l’innocuité de la chose…

(Adjuvant) 10,69 mg de squalène

Squalène -> Squale[ne] -> Requin. C’est de l’huile de requin. Certaines personnes ont essayé de lier le squalène avec le syndrome de la guerre du Golfe. Cependant, il n’y a pas de preuve scientifique dans ce sens. Seuls quelques naturopathes sur Internet et des groupes de pression islamiques essaient de faire peur au monde directement (je ne mets aucun hyperlien pour ne pas donner du poids à ces pages. Googlez-les). Ce produit serait naturellement produit par l’humain (est-il dans notre sang par contre?). –> Discrédit #4 (potentiel) de la désinformation

Toutefois, les preuves scientifiques contre le squalène comme adjuvant commencent à s’empiler circonstantiellement. Je ne suis pas en mesure de vérifier les 29 (!) références. –> Questionnement #2

(Adjuvant) 4,86 mg de polysorbate 80

Il semblerait que le polysorbate 80 causerait des troubles d’infertilité. Il faudrait arrêter de manger de la crème glacée si on veut faire des enfants. Pourquoi Santé Canada et la FDA permettrait cet ingrédient? –> Discrédit partiel #5 de la désinformation

Pourquoi mettre un autre agent de conservation quand on met déjà du thimérosal. C’est parce que l’antigène et l’adjuvant sont mélangés tout juste avant l’injection et que les deux produits séparés ont une durée de conservation beaucoup plus grande que les produits mélangés.

Autres produits chimiques

(Antigène) chlorure de sodium, hydrogénophosphate de disodium, dihydrogénophosphate de potassium, chlorure de potassium, eau, protéines d’Å“ufs, sucrose

(Adjuvant) chlorure de sodium, hydrogénophosphate de disodium, dihydrogénophosphate de potassium, chlorure de potassium, eau

Je n’analyserai pas la chose pour l’instant… J’en ai assez fait!

Immunité légale

Je crois qu’une des choses qui me renverse le plus c’est l’immunité légale offerte par le gouvernement américain aux compagnies pharmaceutiques sous prétexte que la planète est dans un état d’urgence. Le gouvernement canadien ne veut pas se prononcer.

Études cliniques

Mais Eric, vas-tu faire vacciner tes enfants ou pas?

Mon problème se trouve dans le manque d’études cliniques et l’extrapolation faite à partir des études existantes. L’expérience clinique est en ce moment très limitée. Elle concerne les adultes et les enfants entre 3 et 9 ans (N≈200). De plus, il n’y a aucune étude clinique chez les enfants de moins de 3 ans ni chez les adolescents entre 10 et 17 ans.

Réponse

Pour éviter la cohue comme ça s’est passé dans certaines cliniques à Montréal, Québec et Lévis et pour que mes enfants ne deviennent pas les premiers cobayes, je vais attendre quelques semaines. En effet, d’après mes lectures, mes enfants sont peu à risque puisqu’ils sont en santé et ils ne sont pas particulièrement génétiquement susceptibles à attraper la maladie (pas de problèmes de poumon ni de problèmes neurologiques) en plus de n’avoir jamais été vaccinés pour la grippe auparavant (désolé, pas de référence pour l’instant, je veux aller me coucher).

Si tout se passe bien pour les enfants des parents inquiets – leur inquiétude causée par la panique médiatique – qui ne s’aperçoivent pas que leurs enfants sont des cobayes, je ferai vacciner les miens. Sinon, je continuerai mes recherches. J’espère seulement que si des effets secondaires existent, ils n’apparaîtront pas dans 20 ans.

Laissez un commentaire

Je sais que ça détonne un peu par rapport au restant du blogue mais voici le formulaire en titre, avec les calculs automatisés, que le Gouvernement du Québec est trop mal foutu pour nous fournir. Il y a une version simplifiée et la version complète à recopier dans le formulaire officiel (vive la bureaucratie). Très pratique pour faire des scénarios par exemple.

De toute façon, ce qui m’a pris environ 10 heures à faire en deux versions (Google Spreadsheet et Microsoft Excel) aurait probablement pris 20 jours-personne par le ministère responsable…

Il ne devrait pas subsister de bogue mais certains cas limites vont générer des erreurs (salaire conjoint de plus de 200 000,00$ avec plus de 6 enfants par exemple). Si vous trouvez une erreur, écrivez-moi!

PS Ce Formulaire de fixation des pensions alimentaires pour enfants 2009 par moi-même (Eric Chartré) est distribué sous la licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Canada License. Creative Commons License

Un commentaire

Salut Japon!

24 avril 2009 | Publié par Eric Chartré

Après :

  • avoir parcouru
  • avoir marché 141,4 km,
  • avoir visité les villes de Tokyo, Osaka, Kyoto, Koyasan, Tokushima, Awa Ikeda (Miyoshi), Oboke, Higashi Iya (vallée de l’Iya) (Mi-no-koshi et Kubo), Fukuoka/Hakata, Nagasaki, Himeji, Kobe et Shirahama,
  • avoir eu seulement 2 jours de pluie sur 18,
  • m’être fait mijoter dans 3 onsens et 1 sento,
  • être allé à la plage 1 fois,
  • avoir grimpé 5 montagnes,
  • avoir visité
    • 19 temples/sanctuaires,
    • 6 jardins d’envergure,
    • 4 châteaux,
    • 4 musées et
    • 2 salles de montre (Sony et Toyota),
  • avoir passé 7 heures à magasiner,
  • m’être perdu 5 fois dont 2 en montagne,
  • avoir vu 4 longs métrages et 5 courts métrage (exclusivement dans l’avion),
  • avoir lu 3 livres (dont les deux derniers Dune),
  • avoir pris 558 photos (336 publiées) et 6 petits vidéos,
  • avoir couché 12 nuits dans des auberges de jeunesse, 2 nuits dans des hôtels capsule, 3 nuits dans des ryokan et 1 nuit en montagne, sans avoir assez dormi (comme d’habitude),
  • avoir mangé
    • 6 bols de ramen (ou de champon),
    • 5 bols de udon,
    • 3 bols de soba,
    • 33 sushis,
    • 19 gyoza (hmmmm…. Gyoza),
    • 2 repas (genre 14 brochettes) de yakatori agrémenté de natto ou de wasabi,
    • 1 okonomitaki aux crevettes et aux oeufs coulants
    • 200 g de boeuf de Kobe,
    • du fugu en sashimi,
    • 3 curry,
    • 4 bento (en particulier du tori bento),
    • 15 morceaux de sandwichs,
    • 4 déjeuners considérés occidentaux,
    • 11 onigiri (boulettes de riz)
    • 6 bols de grub de riz (genre oyakodon mais généralement non identifiable sauf pour les oeufs),
    • 6 repas d’Air Canada (ça aussi ce n’est pas identifiable),
    • 2 bananes,
    • 4 pommes,
    • 3 beignets fourrés aux haricots (noirs et blancs) : des imagawayaki,
    • 4 gaufres,
    • 1 frite au caramel,
    • 15 litres de thé et
    • 5,5 litres de boisson quelconque,
  • avoir passé 22 heures sur Internet à écrire ce blogue, répondre à des messages et commenter des photos,
  • avoir perdu 5 kg,
  • avoir dépensé beaucoup de yens,

me voici de retour chez moi.

Mon verdict :

Le Japon est un pays de contrastes, d’extrêmes et de paradoxes. Je vais définitivement devoir y retourner car il m’en reste beaucoup à découvrir.

J’ai passé un excellent voyage. Je n’aurais pu espérer mieux. Que dire de plus!

Laissez un commentaire

C’est presque fini

21 avril 2009 | Publié par Eric Chartré

Comme toute chose doit avoir une fin, je m’envole pour le Canada aujourd’hui…

Cependant, hier j’ai pu profiter une dernière fois des onsen japonais. Celui-ci, le Oedo-Onsen, est un onsen de luxe. L’eau est supposément puisée dans le sous-sol de Tokyo à 1400 m de profondeur. Il y avait aussi des rotemburo (des bains à l’extérieur). À la pluie battante… c’est la belle vie quoi!

Aussi, puisque mon ryokan de Tokyo était dans le même coin, j’en ai profité pour aller visiter le quartier des « articles de cuisine ». 1 km de boutiques qui ne vendent que des gugusses pour manger. Il y a un quartier comparable pour les articles de sport et pour les livres. Il ne faut pas oublier le quartier de Akihabara (où j’ai couché le premier soir) où il y a des millions de boutiques d’électroniques et de manga. Tout ça à Tokyo.

Quand je serai revenu chez moi, j’en profiterai pour compléter mon photo reportage en plus d’ajouter quelques photos à mon blogue!

Je vous donnerai mon verdict sur le Japon bientôt.

Laissez un commentaire

Continuer à chercher »